lundi 13 juin 2011

Violoncelle, Tanka et l'ouvre avec l'ordinateur





Je viens de donner un concert avec flûte (moi-même), violoncelle (Nicolas Deletaille) et piano (Keiko Nagahama). La pianiste est une amie à moi depuis qu'on s'est rencontré au stage à Nice en 2003. Elle a étudié à Paris pendant 4 ans et elle vit à Tokyo maintenant. Elle est venue en visite en Europe après 3 ans depuis son retour au Japon, alors nous voulions un concert ensemble ici.

Comme elle est arrivé seulement deux jours avant le concert, à la fin de la journée, c'était un jour et demi de répétition très concentré pour un programme pas facile, mais finalement je suis contente qu'on a pu faire ce concert. C'était une équipe très sympathique :-)

J'aime beaucoup le violoncelle. J'ai constaté que ça fait 5 ans que je n'ai pas joué avec violoncelle au concert. Hmm, c'est longtemps. J'adore le son de violoncelle. Je préfère le son de violoncelle d'hommes que celui de femme. Je trouvais depuis toujours que n'importe quelles hommes pourraient être beaux, s'ils le jouent bien (surtout avec la bonne justesse)... Les hommes qui jouent le violoncelle est plus beau que ceux qui jouent le hautbois par exemple. C'est le magie de violoncelle. Mais c'est un avis très personnel.


A propos, on a interprété l'oeuvre de Mr. Mogensen, compositeur danois qui était présent à ce concert. Cette oeuvre n'était pas facile rythmiquement et j'étais contente que j'ai bien étudié le solfège pendant mes études. J'ai toujours aimé l'exercice de rythme d'ailleurs. La pianiste est de l'école Toho (桐朋) qui est réputé pour le solfège, dit-on. Je pense que c'est vrai. Elle était très solide dans ce morceau.
C'était la première fois que je jouai avec ordinateur. C'est sympa et cela m'a plu. Je voudrais rejouer cette oeuvre parce qu'on l'a travaillé beaucoup et parce que la musique commence à entrer dans mes oreilles. Alors ce serait dommage si on ne la rejoue pas.

Ce concert avait le titre "Musique et Poésie du Japon". Deux oeuvres parmi les 4 trios qu'on a joué ont été écrites sur des poèmes de Virgile et Göthe. Alors je voulais choisir encore des poèmes pour le reste du programme. Pour que ça soit un peu plus particulier et que j'ai toujours plaisir de présenter ma propre culture, nous avons lu des anciens poèmes japonais, qu'on appelle Tanka (短歌).

Tanka est construit en "5 - 7 - 5 - 7 - 7" sirabus. Ces poèmes sont lu à la façon "musicale", on dirait qu'on chante un peu. Alors, j'ai trouvé que ça tombe bien :-)
Mais mon mari a trouvé que ça sonnait comme la prière à la synagogue. Alors, pour certain qui n'avait pas le programme (car il y a eu plus de public que j'ai cru, donc il nous manqué des programmes) ils ont pu croire que nous avons prié avant le morceau pour que le concert se passe bien!