mercredi 29 août 2012

International Music Academy de Dinant & Atelier de musique japonaise

De 6 à 12 Août 2012 - Stage à Dinant-Cours de flûte traversière et Musique de chambre, Atelier de flûte japonaise
Plus de détail : International Music Academy de Dinant 


Stage à Dinant


Il s'agit d'un stage de musique à Dinant (Belgique) où je donnais des cours cette année. Il y a quelque années (je pense 2003 à 2005) J'y étais mais comme stagiaire chez Vincent Cortvrint flûte & piccolo soliste au Concertgebouw et en 2008 comme l'assistante pour la classe de musique de chambre. Cette fois ci, j'ai eu ma petite classe de flûte et la classe de musique de chambre :-)

Comme mon collègue de flûte était mon ancien professeur de flûte Jean Prevot (l'assistant de la classe de Marc Grauwels au Conservatoire royal de Mons), ça me rappelait l'époque de mes études. En y pensant, j'ai constaté que ça fait 7 ans depuis. Ca fait 10 ans que je vie en Belgique... Le temps passe très vite. Avec cette vitesse, je pense que la vie passera très vite aussi. Nozomi Kanda reste sur cette terre encore pendant ... environ 60 ans ?? Ce n'est que 6 fois de ces 10 ans!

J'étais contente de donner des cours collectifs sur "la respiration et la détente" et "comment on travail" ce qui est très important en fait. Pendant les cours habituels, souvent on n'a pas assez de temps et c'est difficile à organiser le cours collectif car les élèves ne sont presque jamais disponibles en même temps. Pour cela, le stage est bien !

Cette fois-ci, j'ai aussi donné un atelier de musique japonaise. Je voulais le faire depuis des années, mais je n'ai pas eu l'occasion. Je remercie au stage de m'avoir donné cette occasion :-)
Donc j'ai brièvement expliquer l'histoire avec des extraits de musique, un peu de pratique et une petite démonstration. 

En le préparant, finalement je me disais que les instruments japonais n'ont pas beaucoup évolués. Ils n'ont pratiquement pas changés depuis leurs naissances. Car dans l'apprentissage de la musique japonaise, on parle beaucoup de "Mental" et d'"Esprit". Pour la musique occidentale, les instruments ont évolué parce qu'ils ont été modifiés suite aux demandes des musiciens (pour que ça soit plus facile, ou pour que ça soit encore plus puissant etc.) Mais dans la musique japonaise, ce sont les humains qui devaient se rapprocher des instruments. Ce n'était pas les instruments qui devait être adaptés, mais c'était aux hommes de le faire. 

Parlons du shinobué, flûte traversière japonaise : il n'y a que 7 trous sur cet instrument. Pour faire les demi-tons (qui apparaissent moins souvent que dans la musique occidentale), on  laisse ouvert la moitié du trou (et encore, souvent, il faut bien calculer l'ouverture pour que ça soit aussi juste que possible). Alors, souvent, c'est moins fort que les sons normaux. Peut-être si c'était de la musicale occidentale, il faudrait travailler beaucoup pour que ça soit égal (ou carrément changer l'instrument). Mais dans la musique japonaise,  on nous demande de créer la beauté avec ce son faible. Lorsque j'ai commencé à l'apprendre, j'ai adoré cette conception. 

Techniquement, le shinobué est assez limité. Il y a des morceaux qui n'est pas du tout difficile à la flûte mais qui peuvent-être très difficile au shinobué. Mais la beauté du son et l'ambiance qu'elle crée sont particuliers. 

Maintenant que j'ai fait mon premier atelier, je voudrais le deuxième ! Plus je le fais, plus j'ai envie d'apprendre et approfondir encore plus, sans délaisser ma flûte occidentale bien entendu. Encore une fois, la vie est fort courte pour tout ça. 


La ville de Dinant 





Kanda Nozomi Music