vendredi 19 octobre 2012

Le Nord du Japon 3

Je suis en train de chercher le documentaire pour un concert de soutien du 28 octobre. Je vais donner un petit reportage sur le Norud du Japon que j'ai visité le mois passé pour voir l'état actuel et aussi pour écouter le récit des gens sur place.

Une dame qui m'a accueillie m'a dit que les gens ont besoin de parler. Ils veulent toujours que les autres les écoutent. Ils voudraient qu'on les visite et voit en vrais, ce qui est évidement difficile pour les gens qui sont très loin. Donc voilà, puisque j'étais là, je voudrais partager un maximum possible.

La maison où je dormais, ça se trouvait en haut de la colline. Le pasteur qui m'a conduit là m'avait donné une carte sur laquelle c'était marqué l'endroit où le tsunami est passé. Et c'était là que j'allais loger. Et puis il m'a dit :
"Ne vous inquiétez pas, ne vous inquiétez pas. Où vous allez dormir, c'est en haut de la colline. Même s'il y aura un tremblement de terre, le tsunami n'arrivera pas."

Il m'a dit cela sérieusement. Je n'ai rien dit, et en fait je ne m'inquiétais pas d'un grand tsunami car dans mon esprit je me disais, inconsciemment, qu'un vient d'arriver et qu'il n'y aurait pas un autre, en tout cas pas aussi grand. Mais j'ai compris que pour lui, ça reste dans sa tête, dans sa mémoire très fort. Je me suis dis que je suis tout à fait en dehors de leur histoire. J'étais là, mais je ne pourrais jamais comprendre leur vrais sentiments en visitant ces endroits sinistrés. C'est normal puisque je n'ai pas eu cette expérience mais cela m'a attristé. 

Pour arriver chez la dame, on est passé devant les maison temporaires. D'après la dame, ce sont des pêcheurs qui habitaient en bas de la ville et qui ont perdu leurs maisons. Elle a aussi parlé des gens qui ont perdu leur travail et qui ne savent pas où aller. 

Arahama où le tsunami est passé et où il n'y a toujours rien maintenant, il y avait un panneau mis par les habitants sur lequel il était écrit 
"Nous voudrions la reconstruction de Arahama"
A part ce panneau, il n'y avait rien. Devant c'est vide pendant des kilomètres et l'arrière c'est la mer pacifique. Ce petit panneau a été comme une seule note noir qu'on entend pendant tout le morceau, pendant que le reste est silence. 
Mais comme il n'y a que cette note là, on l'entend très fort. Là où il y avait la ville, il n'y a rien maintenant.


Aujourd'hui, j'ai relu les articles sur une école primaire qui a été engloutie par le tsunami. Il y avait 108 élèves dans cette école dont 74 sont mort, sur les 13 professeur 9 sont mort aussi. 
Les élèves et les professeurs étaient dans la cour pour évacuer. Mais comme c'était situé 4 km de la mer, d'après la presse, les professeurs étaient assez tranquilles et discutaient calmement pour décider où évacuer. 

Mais le tsunami est arrivé en montant la rivière, et juste le moment où ils ont commencé à évacuer, il est arrivé. Lire ces articles, c'est vraiment pénible. 

Kanda Nozomi Musi