mercredi 13 mars 2013

Le printemps et la musique

De 30 mars à 6 Avril 2013 - Stage à Fort-Mahon (Picardie - France) Cours de flûte traversière et Atelier de flûte japonaise
Plus de détail : International Music Academy

Le printemps nous a visité pendant un petit temps ici à Bruxelles la semaine passée. Maintenant, il fait froid de nouveau, et en plus il neige. Le printemps, où êtes-vous?

Dans ma région, autour de Tokyo, il fait toujours beau en hiver. Il fait froid mais le ciel est bleu et haut. Ici, il fait froid et le ciel est gris (par fois très très gris) et bas. Oh.....

Le soleil. 

Pour moi, le soleil était quelque chose qui ne m'a jamais manqué. Je n'avais même pas pensé qu'il est possible de "manquer le soleil". Le soleil est là en haut du ciel, c'était normal. Alors que maintenant, je sais que le soleil est quelque chose à apprécier et accueillir le printemps est un bonheur. 

Il y a une bonne chose depuis que je connais cet hiver. C'est que je joue mieux le Thème et les variations de "trockne blumenn" de Schubert. C'est une oeuvre que Schubert même a écrit sur le poème de Muller, d'abord le lied, puis il a écrit les variations pour la flûte sur sa musique. Le thème commence en mineur et puis à la fin en majeur. La partie majeur c'est ça :
Que toutes les fleurs
Sortent, ​​sortent!
Le moi de Mai est arrivé,
L'hiver est passé.
Quand j'étais au Japon, je n'ai pas bien compris cette "joie" d'accueillir le printemps. Pas à ce point là. Alors, je me demandais pour quoi il y a beaucoup de poèmes qui parle de l'arrivée du printemps". 
Bien sur il y a des chansons qui parlent du "Printemps" au Japon aussi.
Par exemple : "Vient le printemps"  


(Haru yo koi = vient le printemps
Hayaku koi = Vient vite )

Et puis, "Le printemps est venu" 
(Haru ga kita = Le printemps est venu 
Doko ni kita = Où est ce qu'il est venu? ) 
Il sont souvent en majeur et Andante (vitesse moyen) et très paisible. Comme si c'est normal qu'il arrive, ils savent bien mais bon "pour quoi pas le chanter?". 

Si c'est un Belge qui compose la musique, ça ne peut pas être comme ça. Si c'était moi qui compose (en étant en Belgique) j'aurais mis plein d'accords forté (fort) et la basse, surtout la partie qu'on chante "Vient le printemps" en indiquant "avec passion" sinon je ne peux pas exprimer mon impatience.  

Ou bien, je suis tellement désespérée que je fais une mélodie en mineur, adagio (très lente) et je  termine le morceau decrescendo (moins en moins fort) en indiquant "morendo" (mourant). Vient le printemps, Vient le printemps....

Pour le chanson qui parle de l'arrivée du printemps, j'aurai utilisé des trompettes et des timbales. J'ai réfléchi comment ça peut être et puis voilà c'est ça le morceau de printemps pour moi : 



Comme je ne peut pas tout de suite croire que c'est le printemps (d'ailleurs j'ai la raison de me méfier) alors ça ne peut pas être tout de suite en majeur. Je pense d'ailleurs quand on souffre longtemps, on ne peut pas tout de suite croire et apprécier ce qui ce passe. Il y a quelque chose, une grande émotion qui monte de l'intérieur et le coeur tremble (timbales). Et puis voilà après plusieurs doute, enfin la grande joie qui explose en majeur (La cymbale à 1'34", je serai exactement comme ça lorsque le printemps arrive.) 

Ma conception de printemps est bien changé depuis mon arrivée en Belgique et je comprends mieux en mieux l'expression musicale des compositeurs européens. 

Kanda Nozomi Music