dimanche 20 octobre 2013

Concert Latino-Japonaise


Notre concert du Latino-Japonaise s'est bien passé. 


L'oeuvre de Takashi Yoshimatsu originairement pour shakuhachi et guitare
 (nous avons joué avec flûte et guitare)
Nous avons présenté la musique japonaise dans la première partie et joué de la musique de l'Amérique du Sud à la deuxième partie. Nous avons aussi expliqué ce que c'est la musique japonaise et les instruments japonais car ils ne sont pas si connus en Europe. 

La culture japonaise est souvent connue comme l'esprit de "ZEN" (禅)  et par exemple la pièce de David Loeb que j'ai interprété a été plutôt écrite dans cet esprit. Le calme, le silence... Et les pièces traditionnelle que nous avons jouées aussi étaient également dans cette esprit-là.
 Par contre, la pièce que Hidéaki Tsuji a présenté en solo avec son shamisen était très passionné. C'était une mélodie traditionnelle de Tsugaru, au Nord du Japon. A l'époque, ce shamisen de Tsugaru a été joué par les non-voyant qui jouaient dans la rue pour avoir des pièces d'argent dans leur chapeau afin de survivre. Pour eux, ils n'y avait pas beaucoup de choix du travail. C'était soit devenir musicien de rue ou devenir masseur. Pour la musique de Koto, Biwa, Shakuhachi, c'était pareil. C'est aussi pour cela que la musique a été enseignée oralement et que la notation musicale n'a pas évoluée car la plupart des musiciens ne voyaient de toute façon pas. Il y avait plusieurs sortes de musiciens, mais en tout cas pour ceux qui étaient musiciens de shamisen à Tsugaru, pour gagner plus, pour être plus remarqués que les autres, ils devaient impressionner les gens, donc c'est devenu une musique très virtuose.  

Le "Shamisen de Tsugaru" est devenu très populaire dans les années 70 au Japon et maintenant c'est un des genres populaires de musique japonaise dans tout le Japon. Après nous avons joué deux chansons traditionnelles japonaise à lesquelles le public a participé ! 



Dans la deuxième partie, nous avons interprété 3 pièces latino-américaine. Deux airs de Pujol et un choros de Machado et puis, pour finir, "Histoire du Tango" de Piazzola, un tube pour le duo flûte & guitare, comme il a dit, Hidéaki Tsuji. 

Cela fait 10 ans que je n'ai pas joué cette oeuvre de Piazzola. Mais c'est resté dans mes doigts. Je suis arrivée en Belgique à cause de ce morceau. Ca sonne peut-être bizarre? 
J'ai adoré Piazzola (je l'adore toujours) quand j'étais étudiante au Japon, à la fin de mes études lorsque je cherchais une école en Europe pour étudier. Et c'est à ce moment là que j'ai su que cette Histoire du Tango a été dédiée à mon ancien professeur, mon future professeur à ce moment là, Marc Grauwels. Donc, sans Piazzola, ma vie en Belgique n'existerait pas. Je suis contente de rejouer ce morceau. Je l'aime beaucoup. 

Et bien, peut-être ça aurait été intéressants de jouer toutes ces musiques en Kimono, mais... nous nous sommes changés :-)

2ème partie 
Un petit bis avec shinobué et guitare - une chanson d'Okinawa