lundi 6 avril 2015

Fusion Japonaise en Alsace et Luxembourg

Après nos concerts en Norvège, je suis partie en Alsace pour 3 concerts "Fusion japonaise" avec Hideaki Tsuji et Mieko Miyazaki à Mulhouse, Strasbourg et Luxembourg. 

Nous étions en résidence pendant 4 jours à Mulhouse grâce à l'équipe des jeunes étudiants à l'université de Mulhouse. Nous avons pu répéter dans l'université, avons été interviewé par l'Alsace (le journal de la région) et France 3, et avons bien manger la cuisine alsacienne... c'était une excellente organisation par une équipe des étudiants. C'était agréable de sentir le dynamismes des jeunes pour monter un projet et cela m'a aussi rappelé ma jeunesse. Surtout, quand on a resté au soir après les cours pour la balance des micros, cette ambiance de l'école au soir me rappelait un beau souvenir avec mes amis lors d'activités après l'école (qu' on appelle Bukatsu) avec l'Harmonie du lycée. J'espère que ce projet de notre concert leur restera comme un beau souvenir de leur jeunesse. 

La balance micro au soir après le cours


L'équipe d'étudiant à Mulhouse

France 3, un petit annonce sur ce projet

C'était la première fois que nous avons joué ensemble et c'était la première fois que j'ai rencontré Mieko Miyazaki, joueuse de Koto. Mais après c'est 2 jours et demi de répétition et 3 concerts, je me suis senti comme si je la connaissais depuis quelque temps. C'était 8 jours intensifs. Elle est diplômé de musique traditionnelle classique japonaise et elle fait beaucoup de jazz avec ses groupes. Avec Hideaki qui est guitariste classique mais qui joue aussi le shamisen, et qui fait de la musique du monde avec des musiciens de l'Inde, notre ensemble à 3 fut pour moi une rencontre d'un nouveau style et un challenge qui m'a beaucoup plu.

Au concert à l'université de Mulhouse, il y a eu beaucoup de jeunes. L'âge du public du concert de musique classique ou même celui de la musique japonaise est souvent à partir d'un âge moyen et je n'ai jamais eu autant de jeunes que cette fois-ci, à part bien entendu les concerts pour les enfants (mais qui sont encore plus jeunes) ou les concert de l'Harmonie du lycée. Mais apparemment justement, il y a eu plus de public âgé qu'ils avaient pensé. C'est intéressant. 

Le lendemain, c'était le concert à Strasbourg. Là il y a eu quelques flûtistes qui sont venues, peut-être intéressées entre autre par la flûte japonaise. C'est vrais qu'on entend plus le shakuhachi que le shinobue. Apparement elles ont aimé, surtout le son :-) oui, il est charmant. 

Concert à Strasbourg
Deux jours plus tard, après avoir vu les cigognes pour la première fois de ma vie à Strasbourg, on est monté vers Luxembourg. Le dernier de nos concerts organisé par l'ambassade du Japon au château de Bourglinster.  Nous étions invité chez l'Ambassadrice pour un lunch et j'ai eu un délicieux repas japonais à Luxembourg. Après une semaine, c'est quand même reposant de manger les plats japonais, et en plus délicieux. Chaque plat, je l'ai mangé en essayant trouver les ingrédients et épices qu'ils utilisent pour que je puisse réaliser chez moi, mais tout ce que je me rappelle finalement c'est que "c'était délicieux". Il faut être professionnel pour pouvoir analyser les ingrédients. 

Au concert il y a eu des personnes importants de pays différents parmi le public. J'étais un peu curieuse de jouer "Otemoyan", la dernière chanson de notre programme de ces séries de concerts devant ce public. Pourquoi? Il faut venir à notre prochain concert pour savoir la réponse. En tout cas on imagine souvent la finesse, la délicatesse, zen pour la culture japonaise. Alors que cet Otemoyan a était un peu différent. Mais voilà, les gens l'ont aimé ou trouvé "spécial" ce qui est un compliment pour les artistes. 

En tout cas, ma copine japonaise et pianiste classique qui était en visite en Europe et des japonaises qui habitent à Luxembourg qui sont venues au concert ont beaucoup aimé notre programme :-) La musique japonaise qui touche les japonais, c'est bien! 




Concert au Bourglinster




 
Les cigognes à Strasbourg