samedi 9 mai 2015

Deux concerts de musique japonaise @ Bruxelles

Je viens de donner deux concerts de musique japonaise à Bruxelles. Un était au parlement Bruxellois au sein du Festival Courants d'air et l'autre était au sein du "Living-Room Music Festival" organisé par Muziekpublique.

Le premier était le dimanche 26 avril au parlement Bruxellois dans la salle des glaces, une très belle salle. C'était le concert de "Sakura 5" l'ensemble vocale japonais et j'étais invité y à jouer. La salle était remplie et il y avait même des gens qui ne pouvais pas entrer... Bravo à Sakura 5.

J'ai joué Haru no umi à la flûte traversière avec piano, une berceuse et une chanson d'Okinawa (sud de Japon) au shinobue. Haru no umi, je le joue très souvent avec plusieurs versions.  Parfois, je le joue au shinobue, mais je préfère le jouer à la flûte traversière malgré que c'est une flûte occidentale. Haru no umi est écrit originairement pour le shakuhachi et koto, le registre et le volume du son du shakuhachi ressemble plus à la flûte traversière que le shinobue. Le shinobue est une flûte très mince et petite et le registre est plus moins égale qu'un piccolo (plus petite flûte). Alors que le titre "Haru no umi" veut dire que "La mer du printemps" et qu'on imagine la mer et de belles vagues, le son au shinobue est fin et plus clair. Les notes montent jusqu'aux plus aiguës et ne donne pas de la même manière l'imagination de la mer avec des vagues calmes et paisibles. Alors que c'est cela que le compositeur a plutôt imaginé.

Une berceuse de chugoku est une berceuse de la région de Hiroshima et un autre musique d'Okinawa est une chanson avec le mode particulier. (Hana)

Avec Sakura 5

Au Living-Room Festival, j’ai joué avec le duo shinonome (avec Hideaki Tsuji). Au sein de shinonome, on joue souvent avec un mélange de style mais cette fois-ci on a joué des chansons japonaises avec les instruments japonais. Comme d'habitude le publique participe et chante aussi ... et c'était très festif. 

© Living-Room Festival by Muziekpublique

Cela fait 4ème fois qu'on joue ensemble, je pense. Au départ, Hideaki Tsuji est guitariste (classique) et il a appris le shamisen après par curiosité de sa propre culture, exactement comme moi. Et il fait aussi la musique contemporaine et la création, alors cela ressemble à  ce que je fais. Je trouve que c'est très gai de rencontrer des personnes comme ça.  

©Living-Room Festival by Muziekpublique after Party

Ce que j'aime bien aussi avec ce duo, c'est qu'on fait des improvisations. Hideaki qui compose lui même, fait beaucoup d'improvisation dans la musique latine, japonaise, indienne (qui joue aussi avec les musiciens indiens) etc ... A notre époque, les musiciens classiques ne font plus beaucoup d'improvisation. On apprends en général pas à improviser. Mais à l'époque de Mozart, Beethoven, je pense qu'on improvisait plus dans la musique classique (contemporaine à l'époque) par exemple dans la partie cadence.... Un jour j'ai vu dans un film que Mozart a improvisé comme si c'était facile. C'était un film certes, mais j'avais envie de le faire. Mais avec tant de choses à apprendre au cours d'harmonie etc ... j'ai abandonné cette idée. Maintenant que j'improvise plus qu'avant dans certaines musiques, j'ai envie d’approfondir cela et j'aimerai bien un jour écrire moi-même la cadence dans la musique classique aussi.


KANDA NOZOMI MUSIC& SITE WEB
SUIVRE KANDA NOZOMI MUSIC SUR& FACEBOOK